Communiqué
pour diffusion immédiate

Hausse des «frais de réseau» pour les forfaits d’interurbains
L’Union des consommateurs dénonce les cachotteries des «plans d’économie» de Bell

Montréal, le 22 octobre 2002 – Les abonnés de Bell qui ont vu discrètement apparaître des frais 4.95$ par mois suite à un changement, en mai dernier, aux conditions du forfait d’interurbain Simplitel, recevront une autre surprise à compter de décembre: les «frais d’utilisation du réseau», facturés à tous les abonnés qui bénéficient d’un «plan d’économie» d’interurbain, passeront de 1.25$ à 2.95$. Dans les circonstances, l’Union des consommateurs recommande aux consommateurs de bien évaluer leurs habitudes d’appels interurbains, car des forfaits comme Simplitel peuvent s’avérer beaucoup moins économiques qu’il n’y paraît.

Ainsi, en additionnant les frais de réseau de 2.95$ aux frais fixes mensuels de 4.95$, un abonné du plan Simplitel qui fait 60 minutes d’appels par mois les soirs et week-end paiera 13¢ la minute, au lieu des 8,3¢ annoncés par Bell. Si ses habitudes d’appels sont variables, le plan d’économie peut s’avérer payant …pour Bell. Ainsi, un abonné de Simplitel qui ne fait que 30 minutes d’appels paiera en réalité 26¢ la minute, et celui qui n’utilise que 10 minutes paiera 79¢ la minute! Et nous parlons ici d’appels le soir et le week-end, qui, au tarif de base pour l’Ontario et le Québec, coûtent au plus 17¢ la minute!

L’Union des consommateurs rappelle que bon nombre d’abonnés ont choisi le plan Simplitel alors qu’il était gratuit. Lorsque les frais de 4.95$ sont apparus, Bell n’a pas cru bon de demander à ses abonnés s’ils désiraient garder Simplitel et a plutôt choisi l’option négative: il faut contacter Bell si l’on veut se désabonner.

L’Union des consommateurs a reçu plusieurs appels d’abonnés voulant se faire rembourser les frais de 4.95$. Ces consommateurs, qui ne font pas d’interurbains ou qui en font peu, ou encore, ceux qui utilisent d’autres services d’interurbains comme les cartes prépayées, ne se sont pas rendu compte immédiatement du changement à Simplitel et se plaignent d’avoir à faire des démarches parfois longues pour rejoindre Bell et se désabonner.

La directrice de l’Union des consommateurs, Nathalie St-Pierre, trouve malheureux que les consommateurs aient ainsi à rester constamment aux aguets face aux changements tarifaires. «On joue à cache-cache! En facturant séparément ses frais de réseau, Bell tente de faire croire à des tarifs plus bas. Pourquoi Bell ne nous offre-t-elle pas, en fonction de nos besoins, son meilleur tarif, tout simplement?»

Pour que cessent les cachotteries sur les tarifs d’interurbain, un autre organisme de défense des consommateurs (Public Interest Advocacy Centre) a récemment soulevé la question devant le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC). Malheureusement, le CRTC a préféré enlever l’interdiction de faire la distinction entre les frais réguliers et les montants destinés à financer le service en zones éloignées, baptisés prosaïquement par Bell «frais d’utilisation du réseau».

-30-

Source : Nathalie St-Pierre, directrice générale (514) 521-6820

Partager

[fb_like]

Laisser un commentaire