Communiqué
pour diffusion immédiate

L’Union des consommateurs lance son
Manifeste pour lutter contre la pauvreté

Montréal, le 16 décembre 2003 – L’Union des consommateurs lance aujourd’hui son Manifeste pour lutter contre la pauvreté, un document élaboré avec les comités de l’organisme et les ACEF membres. Il est grand temps que la société québécoise s’attaque au problème croissant de la pauvreté; le Manifeste énonce une cinquantaine de revendications dans ce sens. L’Union des consommateurs fera parvenir le Manifeste au Ministre de l’Emploi, de la Solidarité sociale et de la Famille, Claude Béchard, avec l’espoir que ce document l’inspire dans la rédaction et la mise en oeuvre du plan d’action pour lutter contre la pauvreté et l’exclusion que le gouvernement Charest tarde toujours à dévoiler.

«Avec les fêtes qui approchent, nous jugeons essentiel de rappeler que le problème de la pauvreté et de l’exclusion ne cesse de s’aggraver, qu’il ruine des vies et qu’il constitue un poids de plus en plus lourd pour toute la société» commente la présidente de l’Union des consommateurs, Thérèse Richer. «Monsieur Béchard tarde à dévoiler le plan d’action qui découle de la Loi visant à lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale car, dit-il, il ne souhaite pas proposer un plan «tout croche». Nous osons espérer que le ministre s’attaquera à la pauvreté, et non aux pauvres, comme le laissent craindre les documents émanant de son ministère et que Le Devoir a dévoilés à la mi-novembre».

Le Manifeste de l’Union des consommateurs s’articule autour des droits fondamentaux reconnus par l’ONU et des huit droits des consommateurs adoptés par l’Organisation internationale des consommateurs, et en particulier le droit, pour tout citoyen, à un revenu suffisant pour satisfaire ses besoins essentiels: logement décent, aliments, vêtements, médicaments, énergie et téléphone. En se basant sur les constats faits par les ACEF membres au fil de leur travail sur le terrain, le Manifeste dresse un portrait préoccupant de la pauvreté. Il élabore ensuite un ensemble de revendications précises dans les domaines de la justice, la santé, l’éducation, l’assurance chômage et l’aide sociale, les normes du travail, l’aide aux familles et la fiscalité, l’endettement, le logement, l’énergie, les services de téléphonie et l’alimentation.

L’Union des consommateurs est très préoccupée par l’impact sur les ménages à faible revenu des hausses de tarifs annoncées ou appréhendées dans une foule de secteurs, notamment les frais de garderie, l’électricité et le transport en commun. «Les hausses de tarifs sont régressives: elles frappent plus durement les ménages moins nantis. Dans le cas des familles à faible revenu, les gens vont devoir couper dans la nourriture alors que, bien souvent, ils n’ont déjà pas suffisamment à manger, comme le démontre l’achalandage des banques alimentaires» s’indigne Thérèse Richer. «Nous allons payer très cher, collectivement, pour des baisses d’impôt qui risquent de ne profiter qu’aux ménages à revenu moyen ou élevé.»

Le texte intégral du Manifeste pour lutter contre la pauvreté est disponible en format électronique sur le site Web de l’Union des consommateurs à www.consommateur.qc.ca/union.

-30-

Sources: Térèse Richer, présidente
et Charles Tanguay, responsable des communications (514) 521-6820

Partager

[fb_like]

Laisser un commentaire