Communiqué de presse
pour diffusion immédiate

Commission de l’Agriculture, des pêcheries et de l’alimentation
L’Union des consommateurs présente son mémoire sur la sécurité alimentaire

Montréal, le 4 février 2004 – Le Québec doit se placer à l’avant-garde de la sécurité alimentaire, en adoptant les pratiques qui protègent le mieux les consommateurs en matière d’étiquetage des aliments et de traçabilité. De plus, la société québécoise doit prendre un virage vers des modes de production alimentaire plus sécuritaires et plus respectueux de l’environnement. Les gouvernements, finalement, doivent s’engager dans un combat contre la malbouffe, responsable de nombreux problèmes de santé. Telles sont les principales recommandations de l’Union des consommateurs, dans un mémoire qui sera présenté demain à Québec, devant la Commission parlementaire chargée d’examiner les nouveaux enjeux en matière de sécurité alimentaire.

Selon l’organisme, les consommateurs ont raison de s’inquiéter de la mainmise croissante sur ce que nous mangeons par un nombre restreint des grandes industries agroalimentaires dans le monde, et des modes de production agricole s’inspirant du modèle industriel. Afin que les populations reprennent un plus grand contrôle sur ce qu’elles mangent, il y a lieu d’appliquer, dans l’élaboration de nos politiques agroalimentaires, les exigences du développement durable, le principe de précaution et celui du respect de la biodiversité. Il y a lieu, aussi, de ne pas systématiquement faire primer la logique des marchés et des profits.

L’Union des consommateurs évoque par ailleurs les constats très inquiétants de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), sur l’influence déterminante de certains mauvais aliments (sucre, sel, gras) dans l’augmentation fulgurante des cas de certaines maladies chroniques graves. Elle propose de mener contre la «malbouffe» un combat aussi musclé que celui qui est mené contre le tabac.

L’Union des consommateurs conclut que la question agroalimentaire soulève des enjeux importants qui mériteraient d’être examinés dans le cadre d’États généraux de l’agriculture et de l’alimentation.

Le mémoire de l’Union des consommateurs est disponible sur le site web de l’organisme à l’adresse http://consommateur.qc.ca/union

-30-

Télécharger le mémoire de l’Union des consommateurs (PDF – 269 K)

Source: Charles Tanguay, responsable des communications
(514) 521-6820

Partager

[fb_like]

Laisser un commentaire