Communiqué
pour diffusion immédiate

Hausses des tarifs du transport en commun pour 2005
Vive opposition des regroupements de consommateurs et d’usagers

Montréal, le 11 novembre 2004 – L’association Transport 2000 Québec, l’Union des consommateurs et la Table régionale des organismes volontaires d’éducation populaire (TROVEP-Montréal) dénoncent vivement la perspective d’une nouvelle hausse des tarifs du transport en commun prévue dès janvier. Les groupes rappellent que depuis 2003, ces tarifs ont connu des hausses largement supérieures à l’inflation, à Montréal comme à l’extérieur de la Métropole (plus de 13% dans l’île de Montréal seulement). Toute nouvelle hausse risque d’affecter directement la mobilité des personnes et devrait provoquer une nouvelle diminution de l’achalandage dans les transports en commun.

Les organismes soulignent que les usagers n’ont pas à supporter à eux seuls les déficits budgétaires des autorités organisatrices de transport (AOT); ils ne sont pas les seuls bénéficiaires du système de transport et – par ailleurs – loin de s’améliorer, les services ont globalement été réduits depuis le milieu des années quatre-vingt-dix. D’ailleurs, Transport 2000 en rappelle les effets néfastes: réduction de la mobilité et exclusion sociale pour les consommateurs les moins fortunés, et transfert modal des transports collectifs vers l’automobile pour les individus qui ont ce choix, ce qui favorise alors une congestion accrue. Par exemple, l’achalandage global dans la Région métropolitaine pour 2004 a fléchi d’environ 0,5 % en moyenne cette année, une situation d’autant plus inquiétante qu’elle survient dans un contexte où l’économie fonctionne à plein régime.

La TROVEP, l’Union des consommateurs et Transport 2000 demandent donc aux gouvernements du Québec et du Canada d’annoncer sans tarder des mesures de financement appropriées et stables pour éviter les hausses de tarifs envisagées. Suite à la ratification du protocole de Kyoto par le Parlement fédéral, on s’interroge sur l’efficacité des investissements de deux milliards consentis jusqu’ici par Ottawa dans des programmes qualifiés de «bidon», dans un contexte de sous-financement du transport public. Enfin, les associations incitent fortement les citoyens concernés à communiquer directement avec leurs députés et les élus municipaux (maires et conseillers) pour faire valoir leur opposition à toute nouvelle hausse de tarifs en janvier. Il est également suggéré d’exprimer son mécontentement en se rendant à l’assemblée du conseil de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), qui aura lieu au Centre Mont-Royal, aujourd’hui à 19h00.

-30-

Sources: Charles Tanguay, responsable des communications (514) 521-6820
Normand Parisien, Transport 2000 Québec (514) 932-8008
Jean-Yves Joannette, TROVEP (514) 527-1112

Partager

[fb_like]

Laisser un commentaire