Communiqué
pour diffusion immédiate

Téléphonie IP
L’Union des consommateurs se porte à la défense du CRTC

Montréal, le 28 juillet 2005 – Réagissant à la demande exprimée plus tôt aujourd’hui par les anciens monopoles de la téléphonie, qui souhaitent que le gouvernement renverse la décision du CRTC qui leur impose les mêmes règles en matière de téléphonie IP que celles qui prévalent en téléphonie locale, l’Union des consommateurs se porte à la défense de cette décision.

L’organisme rappelle que les anciens monopoles (Bell, Telus, etc.) continuent d’occuper une position dominante sur leurs marchés respectifs et que la nouveauté technologique que constitue la téléphonie IP ne change en rien cette situation. En outre, les anciens monopoles ont aussi une position forte dans le marché de l’accès à Internet, ce qui les place en position avantageuse pour offrir la téléphonie IP à leur clientèle. Rien ne les empêche, dans le cadre réglementaire actuel, de faire approuver des tarifs plus bas pour concurrencer les nouveaux joueurs en téléphonie locale, qu’elle soit traditionnelle ou IP, à condition que ces tarifs couvrent les coûts de fourniture du service.

L’Union des consommateurs qualifie de fallacieux l’argument des anciens monopoles, selon qui l’intervention réglementaire du CRTC constitue un frein à l’innovation technologique. Comment, au juste, les contraintes réglementaires empêchent-t-elles Bell ou Telus d’innover?, se demande l’organisme de défense des droits des consommateurs. Au contraire, c’est une exigence réglementaire, celle qui impose l’accès au service 911 en téléphonie Internet, qui a amené les compagnies à mettre au point une technologie permettant de l’offrir sur IP. La téléphonie IP n’est-elle pas en soi une innovation?

L’Union des consommateurs souligne finalement que l’exemple du marché de la téléphonie sans fil évoqué par les anciens monopoles pour justifier la déréglementation, semble bien mal choisi. En effet, malgré des conditions de service en général médiocres, les canadiens paient leurs services cellulaires, non réglementés, plus cher que dans beaucoup d’autres pays.

-30-

Source: Charles Tanguay, responsable des communications
(514) 521-6820

Partager

[fb_like]

Laisser un commentaire