Communiqué
pour diffusion immédiate

Le CRTC déçoit les victimes de «dialers»

Montréal, le 9 mars 2005 – L’Union des consommateurs et Option consommateurs sont très déçus de la décision rendue aujourd’hui par le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications du Canada (CRTC) au sujet des détournements de modem. Le CRTC se range à l’avis des compagnies, qui estiment que les utilisateurs doivent assumer seuls les risques et les frais qu’entraînent les dialers… et que les fournisseurs d’interurbains peuvent impunément continuer à en tirer les profits. L’organisme réglementaire aurait plutôt dû, selon les associations, prendre position en faveur des consommateurs.

Rappelons que les détournements de modem constituent une arnaque qui a coûté aux consommateurs des milliers de dollars. Les «dialers» s’installent sournoisement au gré d’une visite de site Web, puis prennent le contrôle du modem et établissent le branchement à Internet via de très coûteux appels outre-mer.

L’été dernier, devant la recrudescence du problème, les associations de consommateurs et le Centre pour la défense de l’intérêt public (PIAC) ont tenté de négocier avec les compagnies qui fournissent des services d’interurbains et ont demandé l’intervention du CRTC afin que l’organisme force les compagnies de téléphone à radier les comptes découlant des «dialers» et à prendre des mesures pour enrayer le phénomène.

Mince consolation pour les consommateurs aujourd’hui, le CRTC ordonne à Bell Canada de modifier ses avis de recouvrement, qui, dans leur forme actuelle, laissent croire aux abonnés que leur service local pourrait être coupé en cas de non paiement des frais contestés, ce qui est illégal.

Les associations de consommateurs déplorent le fait que le bras de fer entre les victimes et les compagnies de téléphone va se poursuivre. Les consommateurs qui contestent les frais devraient continuer à le faire et, s’ils n’ont pas payé, retenir leur paiement ou payer sous protet.

Un recours collectif entrepris en Ontario pourrait éventuellement leur donner gain de cause.

Les trois associations à l’origine de la demande au CRTC étudient les autres possibilités de recours.

Les internautes trouveront sur le site de l’Union des consommateurs les outils, les conseils et les références leur permettant de mieux se protéger contre les «dialers».

-30-

Pour en savoir plus…

Prévenir ou guérir la «contamination» par composeur

Page d’information du CRTC sur les détournements de modems

Page d’information du CRTC sur les numéros 900 et 976

Source: Charles Tanguay, responsable des communications

Partager

[fb_like]

Laisser un commentaire