Communiqué
pour diffusion immédiate

Déréglementation en téléphonie
L’Union des consommateurs est inquiète

Montréal, le 6 avril 2006 – L’Union des consommateurs se dit déçue de la décision rendue aujourd’hui par le CRTC et s’inquiète des conséquences de la déréglementation du service téléphonique de base sur la qualité et le prix.

L’Union des consommateurs n’est pas convaincue que même en présence d’un marché réellement concurrentiel, il serait dans l’intérêt des consommateurs que le CRTC s’abstienne de réglementer ce service essentiel.

En outre, l’organisme craint que la règle de 25% de part de marché qui ouvrira désormais la porte à une déréglementation par région ne permette pas une véritable situation de concurrence et qu’elle conduise plutôt à des marchés locaux de duopole où les miracles que devrait engendrer le libre marché risquent de se faire attendre. De plus, l’assouplissement des règles de reconquête nuira à l’établissement d’une réelle concurrence, saine et viable.

L’Union des consommateurs est particulièrement inquiète des conséquences de la déréglementation sur les conditions de service, notamment les contrats à longue durée, les pénalités, les règles de recouvrement et de débranchement et sur la qualité du service. En somme, le CRTC semble résigné à sacrifier la protection des consommateurs à l’autel de l’autoréglementation.

L’Union des consommateurs souligne qu’avec l’exemple de la téléphonie cellulaire, le libre marché n’a pas convaincu les consommateurs sur sa capacité à bien livrer ses promesses. En effet, les Canadiens paient leurs services cellulaires, non réglementés, plus cher que dans beaucoup d’autres pays et doivent de surcroît subir des conditions de services généralement médiocres.

-30-

Source: Charles Tanguay, Dir.-adjoint – Responsable des communications
(514) 521-6820

Partager

[fb_like]

Laisser un commentaire