L’Union des consommateurs et la Coalition poids
s’allient pour exiger la fin d’une campagne publicitaire destinée aux enfants dans les garderies

Montréal, le 19 février 2007 – L’Union des consommateurs et la Coalition québécoise sur la problématique du poids réclament l’intervention de l’Office de protection du consommateur (OPC) pour qu’il mette fin immédiatement à une campagne publicitaire entreprise par Saputo dans les centres de la petite enfance du Québec et qu’il ordonne le retrait du matériel promotionnel déjà distribué dans les garderies qui ont accepté de le diffuser. La campagne de Saputo a pour objectif de faire la promotion auprès des enfants du nouveau gâteau «Igor» de Vachon.

Selon les organismes, la campagne qui met en vedette Igor, le gorille en dessins animés qui donne son nom au produit, contrevient à la Loi sur la protection duconsommateur du Québec (LPC), qui interdit formellement la publicité destinée aux enfants. L’article 248 de cette loi prévoit en effet que «nul ne peut faire de la publicité à but commercial destinée à des personnes de moins de treize ans». Pour déterminer si un message destiné à promouvoir un bien est ou non destiné à des personnes de moins de treize ans, la Loi prévoit qu’on doit tenir compte notamment de la nature du bien annoncé, de la manière de présenter le message publicitaire et du moment ou de l’endroit où il apparaît.

Or, la campagne du «muffin Igor de Vachon» vise spécifiquement les enfants de 4 à 8 ans via les garderies. Les produits promotionnels comprennent : le CD de la chanson d’Igor, des affiches illustrant la danse d’Igor, un sac incluant un livret portant sur l’histoire d’Igor, des autocollants d’Igor, deux gâteaux en forme de gorille et des coupons de réduction applicables à l’achat du produit. La campagne est appuyée de publicités télévisées et d’un site web qui, à l’évidence, cible aussi les enfants.

Selon Charles Tanguay, porte-parole de l’Union des consommateurs, il ne fait aucun doute que la campagne publicitaire de Saputo s’adresse aux enfants et que ce type d’approche est interdit. « En visant spécifiquement les CPE du Québec, l’initiative commerciale de Saputo contrevient à l’une des dispositions fondamentales de la Loi. L’OPC doit intervenir sans tarder pour rappeler cette entreprise à l’ordre et dissuader celles qui seraient tentées de l’imiter », a-t-il déclaré.

Pour sa part, la porte-parole de la Coalition Poids, Martine Painchaud, estime que cette campagne va à l’encontre de vastes consensus québécois quant à l’importance d’une saine nutrition et à la nécessité d’intervenir pour la lutte à l’obésité. «Alors que près d’un enfant sur quatre souffre d’embonpoint ou d’obésité au Québec, il est clair que la promotion de sucreries dans les garderies va à contre-courant de tous les efforts qui sont entrepris pour faire face à l’épidémie d’obésité, a-t-elle indiqué. On doit veiller à une application sévère de la LPC, qui nous donne des outils pour créer pour les enfants un environnement sans publicité qui facilite les choix santé.»

-30-

Sources:
Charles Tanguay, Union des consommateurs, (514) 521-6820 poste 257
Martine Painchaud, CQPP, (514) 844-0375, poste 222, (514) 884-9448;

Pour ceux et celles qui voudraient appronfondir le sujet du marketing alimentaire qui cible les enfants, l’Union des consommateurs a publié, en juin 2006, un rapport de recherche sur le sujet, disponible ici.

Télécharger le sommaire exécutif du même rapport

Sur ce sujet, écouter une entrevue de Michel Désautels avec Charles Tanguay à la Première chaîne de Radio-Canada

Partager

[fb_like]

Laisser un commentaire