Communiqué
Les garanties prolongées valent-elles le coût?
L’Union des consommateurs dévoile les résultats d’une étude

Montréal, le 18 septembre 2007 – L’Union des consommateurs a dévoilé aujourd’hui les résultats de son étude sur les garanties prolongées offertes par certains magasins. Elle conclut qu’en achetant des garanties supplémentaires dont le coût peut atteindre jusqu’à 33% du prix d’un appareil, les consommateurs n’acquièrent pratiquement rien qui ne leur soit déjà consenti par la garantie légale. L’organisme, qui constate que les consommateurs ne disposent pas des informations nécessaires pour faire un choix éclairé, recommande au gouvernement du Québec de renforcer sa législation afin de mieux encadrer la vente des garanties prolongées.

L’étude de l’Union des consommateurs porte sur les garanties offertes, chez cinq grandes chaînes de détaillants, pour un ordinateur, un téléviseur et un réfrigérateur. Après s’être intéressé aux probabilités de bris de ces appareils durant les premières années suivant l’achat et au coût moyen des réparations, l’organisme a passé en revue les conditions des garanties prolongées (prix, portée, durée, recours, exclusions, etc.) ainsi que les représentations faites pour vendre ces garanties. L’étude a également comparé les avantages réels de telles garanties par rapport à la garantie offerte par le fabricant et à celle, de portée générale et d’ordre public, qui est offerte par la Loi au consommateur.

L’Union des consommateurs trouve étonnant, compte tenu des faibles probabilités de bris des appareils, du prix élevé de plusieurs de ces garanties, de leur portée limitée et des nombreuses restrictions qu’elles comportent, que les consommateurs soient si nombreux à acheter ces garanties, d’autant que la garantie légale leur offre déjà, sans frais, une protection équivalente, voire supérieure.

L’organisme soumet que l’engouement de nombreux consommateurs pour cette coûteuse protection découle de représentations déficientes, erronnées, voire trompeuses par les vendeurs, de l’absence de clarté des documents qui portent sur ces garanties, ainsi que d’une méconnaissance des droits qui découlent de la garantie légale.

L’Union des consommateurs demande au ministre de la Justice du Québec de proposer des changements législatifs qui imposeraient aux commerçants de fournir au consommateur, au moment d’offrir une garantie prolongée, des informations sur les probabilités de bris des appareils et sur les coûts moyens de réparation, ainsi que sur la garantie du fabricant et la garantie légale, afin que le consommateur soit au fait des avantages réels que lui procurerait le service qu’on tente de lui vendre.

L’Union des consommateurs invite les consommateurs qui ont connu des démêlés avec un commerçant au sujet d’une garantie prolongée à communiquer avec elle.

L’Union des consommateurs est une fédération qui regroupe dix Associations coopératives d’économie familiale (ACEF) ainsi que l’Association des consommateurs pour la qualité dans la construction (ACQC).

-30-

Source: Charles Tanguay, responsable des communications

Télécharger le résumé de l’enquête (PDF)

Télécharger le rapport d’enquête complet: Garanties prolongées: le consommateur en a-t-il pour son argent? (PDF)

Voir aussi le communiqué de presse annonçant un recours collectif contre Best Buy et Future Shop au sujet de garanties prolongées.

À voir: le reportage de la Facture du 18 septembre sur les garanties prolongées

À écouter: Une entrevue de Michel Désautels avec Charles Tanguay et Pierre Craig sur la Première chaîne de Radio-Canada.

 

Partager

[fb_like]

Laisser un commentaire