Communiqué

Le rapport Montmarquette sort des tablettes

Montréal, le 19 mars 2009 – Réagissant au budget déposé aujourd’hui à Québec, l’Union des consommateurs constate que le rapport du Groupe de travail sur la tarification des services publics, que le gouvernement Charest a fait mine de tabletter en 2007, fait un retour en force. Elle craint que cet engouement aveugle pour le principe de l’utilisateur-payeur, qui teinte un chapitre important du budget de la ministre Monique Jérôme Forget, se traduise, à compter de 2011, par un appauvrissement important de la classe moyenne et des ménages à faible revenu. Elle craint également que l’accessibilité à certains services puisse être compromise.

Non seulement tous les tarifs seront-ils indexés à compter de 2011, mais le gouvernement annonce que tous les ministères et organismes devront, après une évaluation systématique des coûts de tous les services, appliquer la tarification partout où ce sera possible de le faire, en cherchant à recouvrer 100% des coûts.

Ces mesures, combinées à la hausse de la taxe de vente, vont affecter plus durement les ménages les plus vulnérables, dénonce l’Union des consommateurs. En ce qui concerne la taxe de vente, l‘organisme déplore que le gouvernement n’ait pas retenu l’idée de moduler la taxe en fonction de la nature des biens achetés: réduire ou éliminer la taxe sur les biens essentiels et sur ceux qui sont utiles au plan environnemental, et l’augmenter, de façon beaucoup plus marquée, sur les biens de luxes et sur ceux jugés nuisibles à l’environnement.

L’énorme rattrapage budgétaire qui sera nécessaire après l’épisode déficitaire imposé par la crise, se fera sur le dos des classes moyenne et pauvre, prévient l’Union des consommateurs. Les citoyens devraient aujourd’hui se rappeler que ce sont les entreprises et les ménages les plus riches qui ont profité davantage des baisses d’impôt des dix dernières années, des réductions qui, aujourd’hui, privent l’État d’environ 10 milliards annuellement.

Ces milliards qui manquent au Trésor auraient certes permis à la ministre des Finances d’annoncer, en temps de crise, des mesures moins timides pour lutter contre le chômage et venir en aide aux ménages qui seront les plus affectés.

L’Union des consommateurs est une fédération d’associations de consommateurs du Québec dont la mission est de promouvoir et de défendre les droits des consommateurs, en prenant en compte de façon particulière les intérêts des ménages à revenu modeste. Elle regroupe dix Associations coopératives d’économie familiale (ACEF) ainsi que l’Association des consommateurs pour la qualité dans la construction (ACQC).

-30-

Pour information:
Charles Tanguay, responsable des communications
514-521-6820 p. 257

Partager

[fb_like]

Laisser un commentaire