Les consommateurs exigent l’étiquetage des aliments génétiquement modifiés

Par Ariane Chenard, Analyste, politiques et règlementation en matière d’agroalimentation

Sondage après sondage (au moins neuf depuis 1999), les consommateurs canadiens disent à plus de 80% vouloir l’étiquetage obligatoire des aliments contenant des OGM. Plus récemment, près de 8000 personnes ont fait parvenir à la ministre de la Santé du Canada la lettre disponible sur le site Internet de l’Union des consommateurs pour réclamer que le Canada appuie, dans le cadre des discussions internationales du Codex alimentarius, une position laissant à chaque pays le soin d’adopter les règles qu’il souhaite en matière d’étiquetage des OGM. Une telle norme internationale éviterait à un pays qui impose l’étiquetage obligatoire des OGM ou qui désire le faire, les risques de poursuite pour entrave au commerce devant l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Les consommateurs doivent disposer d’une information complète pour faire des choix éclairés lors de l’achat de leurs aliments. Que ce soit parce que l’on se préoccupe de sa santé ou parce qu’on désire que nos achats alimentaires favorisent une agriculture plus respectueuse de l’environnement, les raisons que peuvent avoir les consommateurs de vouloir consommer ou non des OGM n’ont pas à être jugées. Surtout pas par ceux dont l’argument principal invoqué contre l’étiquetage des OGM est que ceux-ci ne sont pas différents des autres aliments. Aux yeux des consommateurs, les OGM sont clairement différents.

Et la réalité, c’est qu’on ne connait pas les effets des OGM sur la santé, car très peu d’études indépendantes ont été menées sur leur innocuité et encore moins des études à long terme. Pourtant, certains résultats sont préoccupants et ces études mériteraient d’être reproduites. Pourquoi ne le fait-on pas? Parce que les semences GM sont brevetées, ce qui signifie que pour faire une étude, on doit d’abord obtenir l’aval de la compagnie qui les a développées…

Les OGM représentent de plus un mode d’agriculture non viable à long terme: des immenses monocultures polluantes qui appauvrissent les sols. Aussi, les OGM contaminent les cultures non-OGM et menacent la biodiversité. Ils nécessitent des quantités importantes de pesticides chimiques dérivés des combustibles fossiles auxquels d’ailleurs certaines mauvaises herbes ont développé des résistances. Et ce n’est qu’un bref aperçu des problèmes environnementaux dont sont responsables les OGM.

L’engagement du Canada dans la voie agricole des OGM devrait d’ailleurs être débattu. Que le gouvernement refuse aux consommateurs le droit de choisir de consommer ou non des aliments GM, c’est tout simplement inacceptable.

Partager

[fb_like]

3 Commentaires

  1. richard gauthier

    Le gouvernement doit donner à ses citoyens le choix

    de consommer oui ou non des aliments OGM en obligeant

    les fournisseurs l’étiiquetage des aliments génétiquement

    modifiés.

    04/07/2010 | 9:21
  2. ANDRE GIARO

    O COMBIEN VRAI ! 100% D’ACCORD !

    22/10/2011 | 2:31
  3. Yvette Garneau

    Texte très éclairant: tout à fait d’accord!.

    28/11/2011 | 10:27

Laisser un commentaire