Communiqué

Revente de billets de spectacle
L’Union des consommateurs invite le ministre
à refaire ses devoirs

Montréal, le 12 septembre 2011 – Dans un mémoire qu’elle vient de soumettre à la Commission parlementaire qui se penche cette semaine sur le projet de loi 25, l »Union des consommateurs indique que la quasi-totalité des problématiques évoquées par l »ADISQ au soutien du changement législatif proposé par le ministre de la Justice, Jean-Marc Fournier, ne relèvent pas de la protection du consommateur. Le détournement de la Loi sur la protection du consommateur (LPC) en vue de protéger en premier lieu les artistes et les producteurs de spectacles paraît problématique, voire dangereux.

De plus, la solution proposée, qui équivaut à concéder un monopole de vente à certains acteurs du marché, sans contrepartie ni balises, ne résoudra vraisemblablement pas le problème de la revente des billets de spectacle à prix élevés.

L »Union des consommateurs invite le gouvernement à prendre du recul face aux affirmations, dont certaines à l’emporte-pièce, de l »ADISQ, et à étudier les réglementations adoptées dans d »autres juridictions, qui pourraient inspirer un nouveau projet de loi visant à encadrer adéquatement la vente et la revente des billets de spectacle, en dehors de la LPC.

Le mémoire est disponible sur le site Web de l »Union des consommateurs.

-30-

Source: Charles Tanguay, responsable des communications
514 521-6820 poste 257

Partager

[fb_like]

3 Commentaires

  1. Michel de Courval

    J’ai entendu monsieur Charles Tanguay ce midi chez Maisonneuve à l’écoute. Quelle ne fut pas ma surprise d’entendre les arguments de votre porte-parole sur le sujet de la revente des billets de spectacles! Ces agences revendeuses ne sont en réalité que des parasites qui sucent au passage de l’argent d’une clientèle sans protection sans rendre un véritable service puisqu’elles utilisent des moyens technologiques sophistiqués pour mettre la main sur ces billets.
    J’ai du me pincer pour m’assurer que je ne rêvais pas! Les paroles de monsieur Tanguay me semblent inspirées directement de la pensée actuellement véhiculée par les membres du Tea Party américain

    13/09/2011 | 3:53
  2. Fredo Gonzales

    La position de votre organisme concernant ce projet est totalement contradictoire. M. Tanguay raconte à qui veut l’entendre que le prix des billets risque d’augmenter advenant un monopole… Pourtant, dans la situation actuelle, ce sont les revendeurs qui achètent la majorité des billets lors de la mise en vente et qui fixent un prix 2 ou 3 fois plus élevés pour la revente.

    Vous dénoncez la spéculation sur les produits alimentaires dans l’article « Flambée du prix des aliments » sur votre blog; mais pourtant, c’est la même chose avec le prix des billets de spectacle. En fait, c’est encore pire je trouve, puisque les revendeurs n’ont rien à voir avec les artistes. Ce sont des parasites, comme le dit si bien le dernier M. de Courval dans un précédent commentaire.

    Le gouvernement doit intervenir.

    13/09/2011 | 11:39
  3. admin

    Bonjour Monsieur Gonzales

    Nous ne disons pas que le gouvernement doit laisser faire. Nous disons qu’il doit encadrer la vente et la revente de billets, et non l’interdire les revendeurs, puisque cette solution est inefficace. Le problème va se déplacer vers les marchés noirs.

    Par ailleurs, il n’est pas démontré que les revendeurs achètent la majorité des billets. Nous croyons en fait que ce n’est pas le cas, que cela fait partie des exagérations nombreuses que l’industrie du spectacle a lancées aux journalistes dans ce débat. Et les billetteries « officielles » ne sont pas sans reproches non plus: elles multiplient les frais de service, même pour des billets que l’acheteur ramasse sur les lieux de spectacle.

    Au plaisir

    Charles Tanguay
    Responsable des communications
    Union des consommateurs

    14/09/2011 | 7:26

Laisser un commentaire