Survivre dans la dignité

par Élisabeth Gibeau
analyste, politiques sociales et fiscales

Alors que s’achèvent les travaux de la commission parlementaire intitulée Mourir dans la dignité, il est permis de se demander si tout n’est pas fait, en parallèle, pour que les Québécois puissent, bientôt, avoir bien du mal à survivre dans la dignité…

Évidemment, l’image est caricaturale mais, parfois, le citoyen pourrait être en droit de se questionner, au moment de subir les diverses hausses de tarifs annoncées par le gouvernement libéral depuis 2 ans (frais scolarité, contribution santé, tarifs d’électricité, essence, TVQ, …). Sans compter l’inflation du panier d’épicerie, de  l’ordre de 5% à 7% pour la prochaine année, ni l’augmentation constante du coût des médicaments au Canada, où l’on paye, rappelons-le, 30% plus cher que la moyenne des pays de l’OCDE pour remplir nos prescriptions.

Clamant qu’il n’a pas le choix, le gouvernement se cache derrière les contribuables de la classe moyenne pour éponger les déficits qu’il a lui-même créés à cause des baisses successives d’impôt des dernières années. Le 12 mars dernier, plus de 50 000 personnes ont marché dans les rues de Montréal, provenant de partout au Québec, pour dire au gouvernement de Jean Charest qu’il y avait d’autres solutions pour renflouer les coffres de l’État, telles la mise en place d’un quatrième palier d’imposition ou l’instauration de mesures de contrôle du coût des médicaments. Les a-t-il entendues?

Partager

[sharethis]

2 Commentaires

  1. Gerry1212

    Augmentation des revenus.
    Mon premier choix est combattre les paradis fiscaux
    Le travail au noir
    Ces deux sources pourraient règler le problème.

    06/11/2011 | 11:33
  2. Pierre-Paul Côté

    Les purs se scandalisent devant la question de l’euthanasie et du suicde assisté, mais point devant le manque de dignitié à vivre dans un monde parfois cruel, inhumain. Ne pourrait-on pas s’occuper d’abord et avant tout du vivre et du survivre dans la dignitié plutôt que du mourir dans la dignitié? Quand une vie est bien remplie et bien vécue, la mort en est aussi à ces qualficatifs.
    Messieurs-dames qui vous préoccupez de la mort, envisagez d’abord la vie et tout ira mieux j’en suis convaincu.
    Un aîné amoureux de la vie qui vous salue bien bas.

    09/11/2011 | 12:37

Laisser un commentaire