poteaux-electriques

COMMUNIQUÉ – À DIFFUSER

Montréal, 4 décembre 2012 – Union des consommateurs dénonce l’intention du gouvernement de modifier la Loi sur la Régie de l’énergie afin d’empocher davantage de bénéfices de sa société d’État. Si le gouvernement va de l’avant, cela signifie que les gains d’efficience réalisés par Hydro-Québec n’iront plus dans la poche des consommateurs, comme c’est le cas actuellement grâce à des baisses de tarifs. 

Non content d’augmenter les tarifs du bloc patrimonial d’électricité sous couvert d’une indexation qui entraînera une augmentation supérieure à l’inflation annuelle, le gouvernement n’a en effet aucune intention de laisser les consommateurs profiter des 225 M$ d’économies qu’entraîneront les suppressions de postes qu’il entend faire chez Hydro-Québec. Ni, par exemple, des 500 M$ sur 20 ans que devrait générer l’implantation des compteurs intelligents. La Régie de l’énergie a par le passé baissé les tarifs pour refléter les gains d’efficience: le gouvernement veut dorénavant être seul à profiter de ces économies.

Cette ponction supplémentaire dans les poches des consommateurs s’ajoute à l’indexation des tarifs du bloc patrimonial annoncée dans le dernier budget et à l’énorme ardoise que paient déjà les consommateurs qui doivent éponger la facture des importants surplus d’électricité dont ne sait que faire la société d’État.

À l’heure actuelle, de par sa mission, il revient à la Régie de l’énergie d’établir les tarifs d’électricité en tenant compte des dépenses d’Hydro-Québec et en assurant une marge de profit raisonnable à l’entreprise. Par ses récentes initiatives, le gouvernement compte accroître ses dividendes en fixant arbitrairement les charges d’exploitation dont devra tenir compte la Régie de l’énergie pour la fixation des tarifs.

Union des consommateurs constate que le gouvernement persiste et signe : les promesses d’une fiscalité plus progressive sont encore une fois trahies.

– 30 –

Info :   Philippe Viel, responsable des communications

Courriel : PViel@uniondesconsommateurs.ca

Téléphone : 514 521-6820, poste 257

Cellulaire : 514 743-0419

Partager

[fb_like]

3 Commentaires

  1. Daniel Tardif

    On entend souvent dire que Hydro-Québec appartient à l’ensemble des québécois. C’est normal, l’eau est une ressource naturelle abondante au Québec. Si l’on suit la logique de nos politiciens, il serait normal que les québécois en retire des redevances au point de vue économique. Or, il semble que seul le gouvernement en retire des bénéfices. On établit des règles du jeu pour fixer le coût de l’électricité pour l’ensemble de la société. Lorsque le gouvernement juge que les bénéfices qu’il en retire ne sont plus suffisants, on change les règles du jeu. Au moment où les Libéraux du Québec sévissaient, le coût de l’électricité était « indexé » régulièrement et rétroactivement. Durant la campagne électorale, le PQ avait critiqué les libéraux d’avoir agit ainsi. Aujourd’hui, le PQ reprend une partie de la plate-forme des Libéraux et de la CAQ en supprimant 2000 emplois chez Hydro-Québec, en indexant les tarifs du bloc patrimonial et en voulant profiter des économies futures qui sera générées par l’installation des nouveaux compteurs « intelligents ». Ces économies qui auraient dues bénéficier à l’ensemble des québécois viendra garnir la bourse du gouvernement. À voir la manière que le gouvernement Marois gère nos ressources électriques, à quoi devrions-nous nous attendre de ses intentions de vouloir augmenter les redevances de nos ressources naturelles. Est-ce que les québécois en bénéficieront réellement ?

    07/12/2012 | 11:27
  2. Hervé Bertrand

    Prenant le premier ministre au mot, Lévesque prononce une allocution qui donnera le coup d’envoi à sa campagne en faveur de la nationalisation, le 12 février 1962. Devant les membres de l’Association de l’industrie électrique du Québec, le ministre dénonce les coûts élevés de l’électricité qui varient d’une région à l’autre, le manque de coordination des investissements, le gaspillage de l’eau et l’interfinancement des compagnies qui opèrent dans plus d’une province. « Un tel fouillis invraisemblable et coûteux ne peut continuer, si l’on veut agir sérieusement dans le sens d’un aménagement rationnel de notre économie et ne pas se contenter d’en parler », conclura-t-ii dit
    pour que les familles Québécois puissent sauver l’argent non pas pour remflouer les coffre de qui s soit, Mais ce n’est pas les veux de René Lésveque mais plutot des haugmentation annuel que préconise les nouveaux gouvernemnt un ajout de mixage de taxe avec la régie des alcool et des Loteries maintenat le plant Nord que serais dans les années future si ont fait pas faillite comme la Grece avec une crise.
    Les Compteurs de dette fédéral et provicial me font dresier les chaveux et vous etes vous comme moi inquet. Bonne Annne de surprise.

    22/01/2013 | 2:14
  3. Carole-Anne Rousseau

    Je viens de recevoir une lettre d’Hydro-Québec m’avisant de l’installation prochaine d’un nouveau compteur…. et des frais si je le refuse. À la recherche d’une agence gouvernementale pour me protéger contre les abus d’Hydro-Québec, je viens de prendre connaissance de la mission de la Régie de l’énergie sur leur site Web. Contrairement à ce qu’il est indiqué dans leur mission, je ne vois aucune conciliation entre l’intérêt public, la protection des consommateurs (moi) et un traitement équitable du transporteur d’électricité et des distributeurs. Je ne vois qu’un traitement avantageux et que pour le transporteur d’électricité et des distributeurs – et par ricochet – plus de $$$ dans LEURS coffres. Conciliation? Non, il n’y a eu aucun sondage ni référendum auprès du public pour lui demander son avis. Bien sûr, on me permet de refuser le nouveau compteur, mais je devrais alors débourser 98 $ DE FRAIS D’INSTALLATION (pour quelle installation au juste?) et 17 $ mensuellement pour le relevé qu’un employé viendra faire.

    On ne m’offre pas de faire le relevé moi-même et le faire parvenir à Hydro pour limiter les coûts. Et je ne comprends vraiment pas la charge de 98 $??? À ce que je comprenne logiquement, en refusant le nouveau compteur, il y aurait des économies : il n’y aura pas de compteur à acheter, pas de technicien pour venir l’installer, etc. En fait, HQ économiserait. Comment se fait-il alors qu’on nous ENFONCE les nouveaux compteurs dans la gorge et qu’en cas de refus, on nous enfonce 98 $ d’installation (de quoi ?) et 206 $ de frais annuels? Pourquoi n’ai-je pas le libre choix?

    C’est simple et dégueulasse. En fait, c’est qu’il y a une passe de $$$$ pour HQ et donc pour le gouvernement en fin de compte (HQ et la Régie de l’énergie se sont très certainement mis d’accord et il y a CONFLIT D’INTÉRÊTS TOUJOURS TOUJOURS TOUJOURS SUR LE DOS DES CONSOMMATEURS. Que Hydro Québec commence par facturer l’électricité aux entreprises extérieures qui viennent exploiter nos ressources et HQ n’aura plus besoin de venir piger dans MES poches.

    RAZ LE POMPON.

    NOUS NOUS FAISONS …. PAR TOUS LES ….. par HQ, par la Régie de l’énergie, par le gouvernement. ILS NOUS ONT TOUS LAISSÉ TOMBER.

    Carole-Anne Rousseau

    27/03/2013 | 6:00

Laisser un commentaire