Politique du médicament: les partis doivent se prononcer

Communiqué

Montréal, le 13 juin 2012 – L’Union des consommateurs exhorte les partis politiques à prendre position au sujet du contrôle du coût des médicaments, tout comme l’a fait hier Québec Solidaire (QS) en déposant un projet de loi sur la création de Pharma Québec. Cette initiative a notamment le mérite de poser un bon diagnostic: il n’est pas justifiable de persister dans la politique de soutien inconditionnel à l’industrie pharmaceutique, alors que le Québec paie au bas mot un milliard de dollars de trop, chaque année, pour ses médicaments.

Pour mieux contrôler ces coûts et pour des questions d’équité, l’Union des consommateurs a lancé, en 2009, une campagne pour l’instauration d’un régime d’assurance médicaments entièrement public, idée appuyée par des dizaines d’organisations et d’experts et incluse dans le projet Pharma Québec de QS.

Alors que le gouvernement Charest cherche des solutions pour financer le système de santé et va jusqu’à imposer aux Québécois une taxe santé inique, égale pour tous quel que soit le revenu, l’Union des consommateurs croit que la question du contrôle du coût des médicaments n’a jamais été aussi pertinente. La hausse du prix des médicaments est en effet l’une des principales causes de l’explosion des dépenses en santé. Le Québec paie 38% de plus pour ses médicaments que la moyenne des pays de l’OCDE, le plus haut pourcentage parmi les provinces canadiennes.

-30-

Charles Tanguay, responsable des communications 514 521-6820 p. 257

 

.

Partager

[fb_like]

Laisser un commentaire