Communiqué

Montréal – 21 mars 2013 – Déficit de 26G$ et aucune hausse des charges fiscales aux entreprises? Union des consommateurs le répète : l’État doit chercher du côté des impôts des entreprises pour renflouer ses coffres.

Au contraire, afin de relancer l’économie, le ministre des Finances Jim Flaherty table depuis plusieurs années sur des baisses des charges fiscales aux entreprises (baisse de près de 50% des impôts des entreprises depuis 2000), en alléguant que ces sommes seraient réinjectées automatiquement dans l’économie, selon le dogme qui veut que le même dollar économisé en impôt va se retrouver réinvesti dans l’économie réelle. Les résultats de l’application de cette doctrine sont démentis par les faits.

Ce seraient en effet environ 500 milliards$ (1) qui dorment dans les coffres des grandes entreprises canadiennes et qui n’ont pas été réinjectés. Entre les mains de l’État, ces sommes pourraient servir :

  • à construire des logements sociaux (un minimum de 50 000 sont nécessaires au Québec seulement); les petits ajouts en matière de logement dans ce budget sont largement insuffisants : 119M$ pour le logement consacré aux itinérants et le programme Investissement dans le logement abordable (253M$/année pendant 5 ans);
  • à abolir la réforme de l’assurance-emploi, réforme injuste et injustifiable qui ne sert qu’à augmenter les surplus (estimés à 3,6G$ l’année prochaine) dans ce programme où l’on pigera demain pour éponger le déficit;
  • à lutter efficacement contre l’évasion et l’évitement fiscaux des grandes entreprises (plutôt que d’instaurer le système de délation avec récompenses à la clé annoncé aujourd’hui);
  • à lutter efficacement contre l’endettement criant des ménages canadiens, qui a atteint de nouveaux sommets en 2012;
  • à augmenter radicalement les montants accordés aux transferts canadiens vers les provinces en matière de programmes sociaux (transferts qui ont baissé de 14% par rapport à 1995);

Encore aujourd’hui, malgré l’échec retentissant de la stratégie consistant à réduire l’impôt des entreprises pour stimuler l’économie, le gouvernement conservateur continue dans la même direction, même si le mur approche : M. Flaherty a décidé que le déficit zéro se fera en maintenant les coupures dans les services sociaux et non par une fiscalité réellement progressive.

Nous le répétons : le régime fiscal canadien doit assurer un plus grand partage des richesses. Le contrat économique proposé par les conservateurs depuis plusieurs années n’a mené qu’à de plus grandes injustices. Les Canadiens ont le droit de s’attendre à ce que tous contribuent équitablement.

(1) Selon Congrès du travail du Canada: http://www.congresdutravail.ca/centre-daction/stop-corporate-tax-giveaways-take-action-now

– 30 –

Info :   Philippe Viel, responsable des communications

Courriel : PViel@uniondesconsommateurs.ca

Téléphone : 514 521-6820, poste 257

Cellulaire : 514 743-0419

Partager

[fb_like]

Laisser un commentaire