Montréal. Le vendredi 19 avril 2013 –  La meilleure personne pour le poste? Réactions d’Union des consommateurs à la nomination de M. Pierre Karl Péladeau à la tête du conseil d’administration d’Hydro-Québec.

Union des consommateurs a été très étonnée d’apprendre que le gouvernement avait choisi de nommer Pierre Karl Péladeau à la tête du conseil d’administration de la plus grande société d’État au Québec.  Ce choix du gouvernement soulève chez nous bien des questions..

Hydro Québec  n’est pas une entreprise comme les autres. Si comme tant d’autres entreprises, HQ s’occupe de production et de distribution et qu’elle vise la rentabilité afin de générer des revenus à son actionnariat, ses particularités sont déterminantes. Les services qu’elle fournit aux citoyens sont des services essentiels. De plus, le mandat d’HQ repose sur un contrat social dont la prise en compte et le respect sont primordiaux: sa mission consiste à fournir aux Québécois l’énergie au taux le plus bas possible dans le cadre d’une saine administration financière.

La gestion et le développement de l’entreprise mettent constamment en jeu un fragile équilibre entre des questions qui portent sur des aspects aussi différents que l’équité, la protection de l’environnement, et la fiscalité, de même que des questions économiques et de sérieux enjeux sociaux. La société d’État doit être gérée dans la transparence, sans dogmatisme et avec une vision politique qui doit veiller à maintenir les visées économiques et les obligations de compassion.

Dans ce contexte, il est permis de se demander de quelle sensibilité à ces enjeux complexes a fait preuve le candidat choisi par le gouvernement, soit Pierre Karl Péladeau.

Outre ses qualités d’homme d’affaires avérées, sur quelles qualités ou connaissances particulières s’est appuyé le gouvernement pour choisir avec un tel empressement ce candidat pour, notamment, réviser la politique et la stratégie en matière d’efficacité énergétique, de même qu’élaborer le plan stratégique 2014-2018 de l’entreprise.  Il est à ce titre étonnant que le Conseil d’administration se voie donner tel mandat alors même que la politique énergétique québécoise qui devrait guider HQ reste à venir.

Les enjeux sociaux, dans un contexte de restructuration, seront d’une importance cruciale. Est-ce que les positions bien connues de M. Péladeau sur les enjeux sociaux seront mises de l’avant lorsqu’il sera à la tête du Conseil d’administration de cette société d’État, surtout lorsqu’on considère qu’un des objectifs du gouvernement Marois est de couper 2000 postes chez HQ? Est-ce que M. Péladeau, dont le mode de gestion a mené à de multiples conflits de travail, dont la gestion elle-même en  a fait rager plusieurs, est le meilleur candidat pour répondre adéquatement à cette commande?

Le fait de choisir comme président d’une société d’État du type et de l’envergure d’Hydro-Québec celui qui contrôle l’un des plus grands empires médiatiques au Québec est-il judicieux? Que se passera-t-il lorsque cette société d’État connaîtra des difficultés, un scandale, des controverses? N’y a-t-il pas un risque sérieux que l’empire médiatique que contrôle toujours M. Péladeau ne traite pas l’information avec toute l’indépendance et l’impartialité requise? Que l’opinion publique soit manipulée?

M. Péladeau est-il la bonne personne pour s’assurer que les services offerts à la population continuent de s’améliorer, et ce, tout en tenant compte des enjeux sociaux? Est-il le meilleur candidat pour s’assurer que ce service essentiel restera de qualité et que les positions qu’il défendra viseront à garantir les meilleurs tarifs pour les consommateurs québécois et le respect du contrat social entre HQ et les Québécois?

Quelles sont les visions de M. Péladeau en ce qui a trait au développement de nouvelles énergies propres? Sur les questions du transport collectif électrifié? Sur les tarifs d’électricité aux consommateurs, clients et grandes entreprises? Sur les grands projets mobilisateurs? Sur les enjeux liés aux exportations? Sur les revenus que retire le gouvernement de sa société d’État?

Beaucoup de questions… bien peu de réponses.

Partager

[fb_like]

Un commentaire

  1. Louise Wiseman

    Pierre Carl Péladeau est un dictateur.
    Je ne crois pas que c’est lui qui prendra soin de supporter les gens moins fortunés par une réduction des coûts de HQ.

    15/10/2013 | 2:25

Laisser un commentaire