Montréal, le 13 février 2013 –  À la veille du Sommet sur l’éducation, un débat sur les droits de scolarité fait rage. Les termes indexation, gel, dégel, hausses et gratuité sont débattus, et plusieurs intervenants argumentent sur ces options et leurs impacts sur l’accessibilité à l’éducation.

Union des consommateurs tient à ajouter sa voix au débat pour affirmer sa position :

La volonté claire de travailler à l’instauration progressive de la gratuité scolaire, qui faisait l’objet d’un consensus social et politique exprimé par le Rapport Parent (1) et confirmé par notre adhésion au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (2), doit être l’objectif ultime afin de garantir l’éducation pour tous, tout au long de la vie. Penser en termes de hausse ou d’indexation des frais de scolarité, c’est renier les fondements d’un consensus social qui ne saurait être remis en question sans un débat public large.

  • Garantir la gratuité scolaire, c’est garantir l’accessibilité, l’universalité et l’équité. Une population plus éduquée favorise une société plus ouverte, plus démocratique et plus dynamique économiquement.
  • Avec l’objectif de la gratuité, nous devons tendre vers une élimination progressive et totale des frais de scolarité et des frais afférents.
  • L’indexation (qui demeure une augmentation, et non un gel, comme le prétend faussement le gouvernement actuel) n’est pas un pas vers la gratuité. Et consentir des prêts sous prétexte de garantir l’accessibilité, n’est pas non plus un pas vers la gratuité – c’est un pas vers l’endettement.
  • Les frais de scolarité et le régime d’aide financière aux études que l’on prétend apte à pallier les inégalités sociales ne font que les reproduire et les aggraver. L’endettement personnel est un sujet qui a toujours préoccupé Union des consommateurs et ses membres : les prêts étudiants constituent une cause majeure d’endettement chez les personnes qui viennent en consultation budgétaire dans nos ACEF. Une indexation ou des hausses des frais de scolarité peuvent avoir des impacts majeurs sur l’endettement, alors même que le gouvernement se prétend très préoccupé par le surendettement des Québécois.
  • C’est le régime d’imposition sur le revenu qui doit assurer le financement des services publics, dont l’éducation. Un étudiant en médecine gagnera un gros salaire à la fin de ses études? C’est le principe d’équité fiscale qui devrait assurer qu’il contribuera davantage pour la collectivité à la fin de ses études, par ses impôts. Nous en sortirons ainsi tous gagnants.
  • La tarification doit être remplacée par l’impôt sur le revenu. Nous n’avons pas assez d’argent dans les coffres ? Il existe pourtant de multiples solutions fiscales, largement documentées ici, entre autres : http://www.nonauxhausses.org/affiches/alternatives-fiscales-justes-et-equitables-pour-les-finances-publiques/

 

 


1. Sur la Commission Parent: http://fr.wikipedia.org/wiki/Commission_Parent

2. Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels: http://www2.ohchr.org/french/law/cescr.htm
Article 13. Les États parties au présent Pacte reconnaissent le droit de toute personne à l’éducation. Ils conviennent que l’éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et du sens de sa dignité et renforcer le respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales.
c) L’enseignement supérieur doit être rendu accessible à tous en pleine égalité, en fonction des capacités de chacun, par tous les moyens appropriés et notamment par l’instauration progressive de la gratuité;

Partager

[fb_like]

2 Commentaires

  1. Steve Camiré

    De plus en plus pour la gratuité scolaire.
    #polqc #ggi

    14/02/2013 | 11:45
  2. Olivier Duff

    C’est certain que la gratuité scolaire, ça représente un bel investissement pour la société. Je ne sais pas si on peut se permettre ça, mais même s’il faut augmenter les frais de scolarité pour qu’ils soient plus à parité avec ceux du reste du canada, il faut tenter de conserver l’éducation accessible pour les moins fortunés

    07/04/2013 | 4:27

Laisser un commentaire