Logo Coalition contre tarification et privatisation des services publicsMontréal, le 31 octobre 2014 – En ce jour de l’Halloween, des milliers de personnes en provenance de différentes régions du Québec ont manifesté dans les rues du centre-ville de Montréal pour dénoncer l’horreur des mesures d’austérité budgétaire dont la mise en œuvre s’est accélérée depuis l’arrivée du gouvernement Couillard. L’événement était organisé par la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics, dont est membre Union des consommateurs.

Travailleurs et travailleuses, personnes sans-emploi, étudiantes et étudiants, personnes retraitées et membres de nombreux groupes sociaux ont crié leur colère devant les coupes qui se succèdent dans la quasi-totalité des services publics et des programmes sociaux, en raison des compressions majeures imposées dans le dernier budget libéral.

La Coalition rappelle que la population vit déjà avec les conséquences des mesures de tarification, de privatisation et des compressions imposées dans les dernières années.  Elle dénonce les inégalités sociales croissantes issues des politiques néolibérales appliquées au Québec ces dernières années. À son avis, l’austérité budgétaire du gouvernement Couillard sert des intérêts qui ne sont pas ceux de la majorité de la population.

Les groupes sociaux s’inquiètent des impacts à long terme des compressions budgétaires. «Une fois l’équilibre budgétaire revenu, il serait surprenant que le gouvernement se mette à réinvestir. Le gouvernement justifie sa politique budgétaire en citant les intérêts des générations futures, mais actuellement, il détruit le filet social dont celles-ci pourraient bénéficier », affirme Véronique Laflamme, co-porte-parole de la Coalition,

Les mesures d’austérité : un massacre annoncé
« Quand les compressions sont rendues à toucher les personnes handicapées, à couper dans l’aide sociale, à nuire à la protection des espèces menacées, à réduire des services aux jeunes en difficulté à diminuer le nombre de bains que reçoivent des malades, c’est qu’il n’y a plus de gras à couper » dénonce Mme Laflamme. Elle ajoute que les compressions s’attaquent à la dignité des personnes et contreviennent aux obligations internationales du Québec en matière de respect des droits humains, particulièrement en ce qui a trait オンライン カジノ aux droits économiques et sociaux.

La Coalition précise que les femmes œuvrent majoritairement dans les secteurs de services et seront donc nombreuses à être affectées par les coupes annoncées. Elle craint également que la diminution du soutien de l’État, dans l’attribution de soins et dans les services sociaux, ainsi que la révision annoncée des politiques familiales, se traduisent par une augmentation de la charge domestique des femmes et leur retour dans des rôles féminins traditionnels, ce qui augmenterait l »inégalité hommes-femmes.

La révision de la fiscalité, la vraie urgence
Rappelant que le seul prétexte pour sabrer de la sorte dans les dépenses publiques est le retour à l’équilibre budgétaire en 2015-2016, la Coalition a réitéré que l’atteinte du déficit zéro pouvait attendre. Elle soutient que les compressions actuelles ne sont que la pointe de l’iceberg comparées à celles déjà annoncées pour le prochain budget. « Il faut arrêter le rouleau compresseur, maintenant, et nous sommes déterminés à le faire » a déclaré Kim De Baene, aussi co-porte-parole de la Coalition.

Au lendemain des dernières consultations publiques de la Commission d’examen sur la fiscalité québécoise, les groupes sociaux sont dubitatifs face au résultat du supposé «dialogue social» promis. « Pendant que les consultations de la commission sur la fiscalité suivaient leur cours, le ministre Leitao lui, évoquait la privatisation des services », remarque Mme De Baene. Elle trouve révélateur que le gouvernement ait confié à une commission le mandat de couper 3,2 milliards$ pendant qu’une autre devait trouver un maigre 650 millions$ de revenus en révisant les dépenses fiscales. La Coalition a identifié plusieurs solutions fiscales et budgétaires qui permettraient de mieux financer les services publics et les programmes sociaux et ainsi permettre à la population de vivre dignement. Du côté de la fiscalité, la Coalition a identifié de nombreuses mesures ne bénéficiant qu’aux plus riches et aux grandes entreprises.

Des personnes en provenance de la Montérégie, de Québec-Chaudière-Appalaches, de la Mauricie, de l’Outaouais, de l’Estrie, de l’Abitibi, de la Mauricie participaient à la manifestation. En plus de ceux des 85 groupes composant la Coalition, des membres de la CSN, de la FTQ et de la CSQ y étaient. Des mobilisations régionales simultanées se sont tenues à Rimouski, Jonquière, Baie-Comeau, La Tuque, Sherbrooke et aux Îles de la Madeleine.

-30-

Informations et demandes d’entrevues:
Véronique Laflamme, 418-956-3403
Kim De Baene, 514-222-4912
Co-porte-parole de la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics

Médias anglophones : Joël Pedneault, 514-441-9113
www.nonauxhausses.org
www.facebook.com/nonauxhausses
@nonauxhausses #31octobre #10milliards

Partager

[fb_like]

2 Commentaires

  1. Pierre Beauparlant

    1- C’était pas spontané mais organisé par les syndicats
    2- Moi qui profite avec honte des déficits budgétaires (je suis boomer) je suis très surpris que les jeunes veulent payer pour que mes privilèges persistent! Dans tous les cas les syndicats ont besoins de cet appui pour continuer à protéger leurs vieux membres.
    3- Les marcheurs étaient peu nombreux… surtout si on enlève es étudiants qui aiment bien manifester… pour manifester.
    4- Au niveau politique, l’exercice est difficile et Couillard parfois malhabile mais pour une fois qu’un gouvernement a le courage de faire quelque chose! Faut voir ce que la Nouvelle -Zélande a fait pour comprendre.
    5- Tant qu’à couper, on est la seule province à doubler Revenu Québec.

    02/11/2014 | 5:40
  2. Pierre Beauparlant

    … Je voulais dire « doubler Revenu Canada » avec notre propre service du revenu.

    02/11/2014 | 5:42

Laisser un commentaire