Montréal – 26 janvier 2014 – Communiqué de presse de Médecins québécois pour le régime public

Union des consommateurs joint sa voix aux Médecins québécois pour le régime public et cinq organisations de défense des patients qui demandent au ministre Réjean Hébert et à la RAMQ  d »agir pour mettre fin aux frais accessoires.

Médecins québécois pour le régime public (MQRP) et cinq organisations de défense des patients ont réclamé, lors d »un point de presse tenu Place Émilie-Gamelin, des gestes concrets du ministre de la Santé Réjean Hébert pour régler le problème des frais accessoires, une barrière à l »accès aux soins jugée dommageable pour les patients et contraire aux règles de notre système de santé public. Rappelant que l »Assemblée nationale avait unanimement demandé au ministre en juin dernier de « mettre fin à la pratique des frais accessoires », les représentants des organisations ont souligné être toujours en attente de mesures permettant d’éliminer ces frais qui menacent le caractère public de notre système de santé.

« Le ministre Réjean Hébert s »est engagé l’an dernier à abolir les frais accessoires, selon un moyen détourné pour demander des honoraires supplémentaires, pourtant interdits dans notre système de santé. Il avait ensuite proposé plusieurs solutions pour régler le problème. Pourtant, après un an, nous attendons toujours. Aujourd »hui, les patients souhaitent plus que des mots, ils veulent des gestes concrets. C »est ce que nous demandons au ministre et à la RAMQ:, agir, comme ils en ont le devoir et le pouvoir » a déclaré le docteur Alain Vadeboncoeur, président de MQRP.

« Nous voulons rappeler au gouvernement, tout comme au Collège des médecins, que la santé n »est pas une occasion d »affaires: quand on est malade, on n »est pas en état de magasiner, ni de négocier! » a tenu à souligner M. Jacques Benoit, coordonnateur de la Coalition Solidarité Santé, également présent au point de presse.

Comme a témoigné M. Luc Leblanc, coordonnateur général de la Clinique communautaire de Pointe-Saint-Charles, durant le point de presse: « Dans le quartier Pointe-Saint-Charles, près de la moitié des ménages est considérée à faibles revenus. Pour ces personnes, tout frais médical supplémentaire si minime soit-il peut constituer une contrainte d’accès à une évaluation médicale ou à un traitement. La Clinique communautaire est donc farouchement opposée à toute forme de frais médicaux supplémentaires et réclame du ministre de la Santé de mettre fin de façon complète et permanente à ces tarifications abusives et inéquitables pour les personnes à faibles revenus. »

MQRP a déclaré avoir également reçu l »appui du Conseil pour la protection des malades (présidé par Maître Paul G. Brunet, présent au point de presse), de l »Union des consommateurs de même que du Regroupement provincial des comités des usagers, qui avait d’ailleurs émis plus tôt cette semaine un communiqué rappelant que les frais accessoires « n’avaient pas leur raison d’être dans un système public et universel de santé et de services sociaux ».

« Pour notre part, nous poursuivons aujourd »hui notre action afin de sensibiliser la population, en distribuant un dépliant dénonçant la situation. Nous aborderons ensuite cette question lors d »une rencontre prochaine avec le ministre Réjean Hébert. Parce que payer de sa santé n »a rien d »accessoire  » a conclu le docteur Alain Vadeboncoeur.

——

Médecins québécois pour le régime public regroupe plus de 500 membres médecins, résidents et étudiants en médecine, qui se vouent à la défense et l »amélioration de notre système public de santé. Sa démarche se fonde sur les réalités de la pratique de la médecine, l’analyse des données scientifique et de l’économie des systèmes de santé et le dialogue interdisciplinaire.

Pour informations:

Marie-Alberte Soudan
(514) 638-6659
info@mqrp.qc.ca
www.mqrp.qc.ca

– 30 –

Partager

[fb_like]

Laisser un commentaire