Mesures urgentes pour une alimentation saine

À l’occasion de la Journée mondiale des droits des consommateurs, Union des consommateurs joint sa voix aux associations de consommateurs présentes dans 120 pays pour exiger une Convention mondiale pour la protection et la promotion d’une alimentation saine.

Les gouvernements doivent s’engager à adopter des mesures visant à favoriser une alimentation équilibrée, notamment par la réduction des teneurs trop élevées en matières grasses, en sucre et en sel dans les aliments transformés et l’accès pour les consommateurs à un étiquetage nutritionnel clair au moment de choisir leurs produits.

Chaque année, onze millions de personnes meurent de pathologies liées à l’alimentation, comme le diabète ou les maladies cardiaques, qui seraient causées par une mauvaise alimentation.

Un mouvement international, appuyé par Consumer International, lance un appel pour l’adoption d’une Convention mondiale pour la protection et la promotion d’une alimentation saine, qui serait conclue entre l’Organisation mondiale de la santé et ses États membres, en utilisant un mécanisme similaire à la Convention-cadre pour la lutte anti-tabac.

Union des consommateurs invite le gouvernement canadien à s’engager activement en vue de l’adoption d’une telle Convention qui devrait prévoir un ensemble de mesures visant la protection et l’amélioration du régime alimentaire, notamment, par des programmes d’éducation nutritionnelle, l’étiquetage des produits, des interventions en matière de santé publique, l’introduction de contrôles en matière de commercialisation, etc.

À court terme, Union des consommateurs demande au gouvernement fédéral d’adopter un programme canadien d’étiquetage qui soit efficace, rigoureux, transparent, uniforme, crédible et facilement compréhensible pour l’ensemble des Canadiens, qui pourront ainsi être en mesure d’évaluer et de comparer rapidement la qualité des aliments qu’ils s’apprêtent à acheter.

Environ un Canadien sur deux peine aujourd’hui à comprendre le tableau des valeurs nutritionnelles obligatoire. En outre, les initiatives, allégations santé et autres logos colorés, qui sont de plus en plus utilisées par l’industrie de l’alimentation à des fins de marketing contribuent à la confusion des consommateurs. Des études ont démontré que ces derniers préfèrent une information simple, figurant sur le devant des emballages, en complément de la déclaration nutritionnelle qui apparaît au verso, et que les visuels (feux tricolores ou schémas) sont plus faciles à comprendre que l’information chiffrée détaillée. Union des consommateurs recommande au gouvernement de prendre acte de ces réalités.

-30-

Pour plus d’information voir :

Union des consommateurs : Commentaires soumis à Santé Canada dans le cadre de la consultation sur l’étiquetage nutritionnel

CONSULTATION SUR L’ÉTIQUETAGE NUTRITIONNEL
Commentaires soumis à Santé Canada

Consultation sur l’étiquetage nutritionnel

Consumer International :