La Charte des droits alimentaires, adoptée par Union des consommateurs en 2002, constitue l’assise des orientations de l’organisme en matières agroalimentaires. Elle englobe les positions qui sont au coeur du mandat du Comité. Le Comité s’est donné comme mandat additionnel de:

  • Travailler à protéger la gestion publique et responsable de l’eau, toujours dans une vision citoyenne, en favorisant l’accès à de l’eau potable de qualité pour tous;
  • Travailler avec toutes les organisations et coalitions pertinentes de défense des droits et intérêts des consommateurs, et plus particulièrement celles susceptibles de partager les orientations d’Union des consommateurs dans le domaine agroalimentaire;
  • Favoriser le développement de son expertise et celle de ses membres en participant à diverses activités de formation et de perfectionnement.

Le Comité Agroalimentation se préoccupe du contexte de mondialisation et de libéralisation des marchés dans le secteur agricole. L’industrialisation de l’agriculture engendre de profondes mutations économiques, technologiques, écologiques et socioculturelles, avec des conséquences néfastes de plus en plus décriées, tant sur la scène locale qu’internationale: mainmise croissante des cartels agroalimentaires et biotechnologiques sur l’agriculture, dépendance accrue des populations à l’égard des aliments transformés et recrudescence des maladies liées à la mauvaise alimentation, exode rural, appauvrissement de la biodiversité, insécurité alimentaire, augmentation de la disparité entre les riches et les pauvres et entre les pays du Nord et ceux du Sud. 

Il importe donc de réaffirmer les liens entre les producteurs et les consommateurs, de réoccuper le territoire et de développer un cycle «agriculture-agroalimentaire-alimentation» sain, durable et respectueux de l’environnement, tout en faisant contrepoids aux géants de l’agribusiness et des biotechnologies.