Plan d’action 2014-2015 du Comité politiques sociales et fiscales

Priorité

Poursuivre la promotion d’une fiscalité plus progressive, en faisant mieux connaître les solutions de rechange à la tarification et à la privatisation.

Contexte

Les voies que semblent privilégier les gouvernements du Québec, les uns après les autres, pour soi-disant rétablir l’équilibre financier sont celle des compressions, et, pour assurer le financement des services publics, la taxation et la tarification, plutôt que celle de l’impôt sur le revenu; cela équivaut dans les faits à un allègement du fardeau des entreprises et des mieux nantis et un appauvrissement de la classe moyenne et des ménages à faible revenu.

Devant ce constat, le comité opte, pour la prochaine année et probablement les suivantes, de tourner ses choix d’actions vers la population, avec l’objectif de lui faire prendre conscience que le Québec aurait les moyens de faire autrement et que des solutions pour nos finances publiques, il y en a beaucoup plus que celles que nous présentent nos représentants politiques, leurs experts et les grands médias. Comme le disait une militante contre les gaz de schiste, il faut œuvrer à « générer un contre-pouvoir populaire afin de contrer le cynisme de militants épuisés par de pauvres gains ». Plutôt qu’une défense à la pièce pour éviter des reculs un peu partout, nous choisissons de nous concentrer sur deux objectifs : la diffusion la plus large possible des solutions fiscales et une réflexion en profondeur sur une réforme du mode de scrutin, qui permettrait que les idées que nous défendons aient une véritable vie politique. Plutôt que d’être constamment en mode réaction, et pour éviter l’éparpillement dans plusieurs luttes et le sentiment d’impuissance que provoque le fait de passer beaucoup de temps sur des dossiers sans obtenir de gains ou que des gains minimes, nous choisissons d’orienter nos actions moins vers le politique que vers la population, celle qui aura en bout de ligne le dernier mot et qui est actuellement inondée de messages tous plus catastrophistes et manipulateurs les uns que les autres. Ce qui ne nous empêchera pas de réagir à l’actualité et de défendre nos revendications traditionnelles, au besoin, avec les moyens et les stratégies habituels (représentation, action politique non partisane, coalition, etc.) mais en gardant à l’esprit le plan de match principal qui consistera à promouvoir les solutions fiscales par l’éducation populaire et la mobilisation et à se positionner sur une éventuelle réforme du mode de scrutin.

Objectifs et actions prévues

Informer le maximum de personnes de l’existence de solutions fiscales pour le budget du Québec et contrer le cynisme ambiant en véhiculant le message qu’il est possible de faire autrement:

  • Participer activement aux travaux de la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics (COTP);

  • Distribuer les fiches et autocollants de la COTP par tous les moyens possibles (courrier, courriel, tractage, députés, médias sociaux, affichage, dépôts dans de groupes communautaires, …);

  • Donner la formation «10 milliards$ de solutions»;

  • Aller chercher les appuis de spécialistes (économistes, fiscalistes, etc.).

Assurer l’équité de la fiscalité et le maintien et l’amélioration des programmes sociaux:

  • Personnes âgées : identifier les enjeux sur les régimes de retraite;

  • Participer aux consultations pré budgétaires et au huis clos du budget provincial;

  • Participer aux travaux du groupe Échec aux paradis fiscaux et à ceux de Pas de démocratie sans voix (fédéral);

  • Logement, transport, pauvreté, etc. : veille et appui aux groupes de nos réseaux;

  • Aide sociale : se documenter sur l’allocation universelle.

S’informer sur un mode de scrutin alternatif:

  • Inviter un représentant du Mouvement pour une Démocratie nouvelle.

Poursuivre la démarche de diffusion et de mobilisation initiée par la Ligue des droits et libertés avec son rapport sur l’état des droits humains:

  • Donner aux membres la formation de la Ligue des droits et libertés;

  • Réfléchir à des perspectives de changement pour un meilleur respect des droits humains.

Exercer une veille stratégique de façon à se positionner en amont dans des dossiers prioritaires et d’avenir:

  • Effectuer une veille sur les enjeux associés aux travaux du comité;

  • Préparer des rapports de veille pour les réunions du conseil d’administration.

Disposer d’un document de référence évolutif sur nos revendications pour être en mesure d’intervenir de façon informée:

  • Tenir une discussion avec les membres sur la pertinence de l’outil dans sa forme actuelle.