Le marché parallèle des petits prêts (Mai 2006)

Pour les ménages les plus démunis, qui, souvent, n’ont pas accès au crédit traditionnel, le cercle vicieux de l’endettement peut être lié à certaines sources de crédit alternatives. On entend entre autres par sources de crédit alternatives les prêts à échéance au jour de paie, les services d’encaissement de chèques, les transactions de prêt sur gage, etc. Entre un et 1,4 million de Canadiens auraient utilisé au cours des dernières années ces types de crédit, dont les taux d’intérêt annuel peuvent dépasser le 1000 %. Des associations de consommateurs ont effectué des études par lesquelles elles dénoncent les abus de cette industrie du crédit.  Malgré le dépassement fréquent du taux usuraire, les poursuites sont extrêmement rares.

Au cours de cette recherche, nous avons porté une attention particulière à deux services offerts par le marché du crédit parallèle : l’encaissement de chèques et, plus particulièrement, le prêt sur salaire. La première partie de notre rapport propose un survol des enjeux et des recherches effectuées au sujet du marché parallèle du petit prêt et, plus spécifiquement, sur l’engouement dont font l’objet auprès de la population les prêts sur salaire.

La deuxième partie expose les résultats de notre enquête terrain, au cours de laquelle 300 entrevues (100 par ville ciblée) ont été effectuées à la sortie des succursales de prêteurs sur salaire et d’encaisseurs de chèque à Montréal, Ottawa et Vancouver en vue de tenter de cerner un profil des utilisateurs de ces types de services.

Enfin, la 3e partie propose un rapide survol des alternatives existantes au prêts sur salaire, au Canada et ailleurs.

L’avènement du marché parallèle du crédit a certes profité du vide laissé par le retrait des institutions financières du marché des petits prêts. Bien que les institutions financières proposent des alternatives sous forme de crédit ouvert (cartes et marges de crédit), les consommateurs moins bien nantis et ceux qui ont un mauvais dossier de crédit se retrouvent sans accès à un petit prêt, qu’il soit d’urgence ou de dépannage, de même qu’au crédit ouvert. Ce sont souvent ces consommateurs qui utilisent les services du marché parallèle du crédit à la consommation (MPCC).

Les résultats de notre enquête terrain ont permis d’identifier certaines des caractéristiques des utilisateurs des succursales du MPCC et de leur utilisation des services offerts. Environ 30 % des usagers utilisent le service d’encaissement de chèque du MPCC pour transiger des chèques du gouvernement fédéral, malgré le fait que les succursales bancaires aient l’obligation légale d’encaisser gratuitement ce type de chèques. Les répondants justifient l’utilisation du MPCC pour la rapidité et la facilité du service qu’ils y trouvent. La majorité des répondants possédant un compte personnel, il nous est permis de croire que certains usagers du MPCC ont besoin de leur argent immédiatement et qu’ils se voient contraints d’engager des frais supplémentaires pour contourner les pratiques de «gel» de chèques par les institutions financières. 35 % des répondants ignorent ou refusent d’admettre que les frais encourus dans les succursales du MPCC sont plus élevés que ceux qu’imposent les institutions financières. 55 % des répondants reconnaissent le coût plus élevé du prêt sur salaire, comparativement aux autres types de prêts. La fréquence de l’utilisation du prêt sur salaire démontre que la majorité des répondants sont prisonniers d’un endettement en spirale. La majorité des utilisateurs qui formaient notre échantillon ont un revenu inférieur à 40 000 $. Les raisons invoquées à l’appui de l’utilisation de ce service sont sans grande surprise : mauvais dossier de crédit, rapidité et facilité du service et services non offerts ailleurs.

La législation québécoise et la jurisprudence qui s’est développée dans la province semblent avoir eu pour effet d’éloigner l’industrie du prêt sur salaire. Par contre, on peut déplorer le fait que les solutions de rechange n’y semblent pas plus développées que dans le reste du Canada.

 


 

Voir le rapport complet :

Le marché parallèle des petits prêts (Mai 2006 – 56 pages)

Rapport Final

Sommaire exécutif

 

Rapport de recherche réalisé par Union des consommateurs et présenté au Bureau de la consommation d’Industrie Canada.

Union des consommateurs a reçu du financement en vertu du Programme de contributions pour les organisations sans but lucratif de consommateurs et de bénévoles d’Industrie Canada. Les opinions exprimées dans ce rapport ne sont pas nécessairement celles d’Industrie Canada ou du gouvernement du Canada.