Nos souhaits pour la nouvelle année

Que ce soit dans le domaine de l’énergie, celui des politiques sociales et fiscales ou celui des télécommunications, il ne fait aucun doute que l’année 2018 comportera son lot d’iniquités à dénoncer, de changements à réclamer et de droits à défendre. Or, dans le contexte de précarité due au sous-financement dans lequel se trouvent actuellement les groupes de défense collective des droits au Québec, dont Union des consommateurs, obtenir les ressources nécessaires pour intervenir adéquatement dans ces champs d’interventions s’avère de plus en plus ardu. Notre souhait le plus cher pour la nouvelle année est donc de trouver les moyens de continuer d’exister et de disposer des moyens de jouer efficacement notre rôle.

Signez la pétition de l’Assemblée nationale à cet effet

Cette année encore, Union des consommateurs continuera à intervenir sur plusieurs fronts.

Notre présence et nos représentations soutenues devant la Régie de l’énergie doivent se poursuivre. Dénoncer et tenter de limiter les hausses de tarifs des consommateurs résidentiels, notamment ceux à faible revenu, et plaider en faveur de la prolongation de la période de trêve hivernale au cours de laquelle les interruptions de service sont interdites seront les priorités à notre agenda en 2018.

Les mois à venir promettent d’être chargés pour UC sur le plan des politiques sociales et fiscales vu le climat de précipitation qui précède généralement les élections provinciales. Paradis fiscaux, lois en matière de santé, assurance médicaments, droits fondamentaux des Québécois… une présence est nécessaire pour dénoncer et éviter certaines injustices. Nous continuerons également de démontrer qu’il existe des solutions fiscales et des mesures de contrôle des dépenses qui permettraient d’aller chercher annuellement autour de 10 milliards de dollars pour le Trésor public québécois, et ce, sans recourir à la privatisation ni à la tarification de nos services publics.

En matière de protection du consommateur, nous maintiendrons notre veille en vue de dénoncer et de combattre les abus dont peuvent être victimes les consommateurs. Nous interviendrons aussi, comme nous l’avons fait au cours du processus d’adoption des plus récentes modifications à la Loi sur la protection du consommateur, afin d’assurer que les mesures réglementaires assurent un degré de protection optimal. La nomination d’une nouvelle ministre à la Protection des consommateurs semble indiquer une ouverture bienvenue : nous multiplierons nos efforts en vue d’une accélération du processus de bonification de la Loi et d’une amélioration de l’accès à la justice.

La place que prennent les services de communication continue de grandir dans le quotidien des consommateurs et cela se reflète dans le portefeuille. Nous maintiendrons donc notre présence devant le CRTC pour garantir que les consommateurs sont traités équitablement, et que les principes de base qui doivent guider les orientations en matière de communication – soit l’accès pour tous à des services sûrs, abordables et de qualité, et la satisfaction des exigences économiques et sociales des usagers – sont respectés. Nous insisterons particulièrement sur le respect des Codes qui visent à faciliter les recours utiles des consommateurs, sur l’accès universel à Internet haute vitesse et sur la neutralité d’Internet.

Ces actions, en plus du travail sur les 5 rapports de recherches à déposer en 2018, constitueront le cœur des activités d’UC. Les recherches constantes sur les nombreuses questions qui ont trait aux finances personnelles  – éducation financière, budget, crédit, endettement, produits et services financiers, etc. – serviront cette année encore à aviser adéquatement les consommateurs des avantages dont ils pourraient profiter et des pièges à éviter. Les conclusions de nos rapports constitueront en outre des outils indispensables pour plaider en faveur de meilleurs encadrements.

Ainsi, avec tous les nouveaux enjeux à traiter en 2018, la pertinence de l’existence d’organismes qui se portent à la défense des consommateurs se fait criante. Pour être conseillés, défendus et informés, et pour assurer que leur voix soit entendue dans l’élaboration des politiques publiques et devant les tribunaux de régulation économique, les consommateurs ont besoin que de tels organismes aient les moyens de continuer d’être des acteurs clés de leur société. Voilà donc notre souhait premier pour 2018 : le choix sociétal d’un investissement conséquent dans la protection des individus.

Vous souhaitez poser un geste simple, rapide et gratuit pour aider les groupes de défense collective des droits en améliorant leur financement ? Signez la pétition à cet effet présentée par Manon Massé sur le site de l’Assemblée nationale.

Vous souhaitez poser un geste plus significatif et contribuer financièrement au soutien des activités d’Union des consommateurs ? Faites un don, selon vos moyens, à partir de notre page Web prévue à cet effet.

Vous vous intéressez aux enjeux traités dans cet article ? Recevez de nos nouvelles en premier et soyez informés de nos sondages et enquêtes et vous abonnant à notre infolettre trimestrielle.