Achat des Fêtes et paiement minimum de carte de crédit

Montréal, le 3 décembre 2019 – La frénésie d’achats des Fêtes est officiellement lancée. En cette période de célébration généralisée du consumérisme effréné, UC estime important de réitérer ses mises en garde relativement à la surconsommation et de rappeler aussi bien les risques des achats à crédit que les nouvelles règles en matière de paiement minimum de carte de crédit.

Depuis le 1er août 2019, la Loi sur la protection du consommateur prévoit que le paiement minimum mensuel sur les cartes de crédit ne peut être inférieur à 2 % du solde qui est dû, et que ce minimum augmentera d’un demi-point de pourcentage par an jusqu’à ce qu’il atteigne 5 %. Pour les cartes de crédit nouvellement émises, ce seuil est déjà fixé à 5 % depuis août.

L’idée derrière cette hausse est de tenter de diminuer les risques d’endettement problématique des personnes qui se trouvent en situation de précarité financière et qui risquent d’être particulièrement affectées par les conséquences négatives des achats à crédit.

N’effectuer que le paiement minimum sur sa carte de crédit est très couteux, puisque le paiement du solde sera étendu sur une longue période et portera des taux d’intérêt élevés.

Par exemple, pour régler un solde de 1000 $ sur une carte dont le taux de crédit est de 19,9 %, un consommateur qui ne ferait que le paiement minimum fixé à 2 % remboursera sa dette en 15 ans et 11 mois, et les frais de crédit s’élèveront à 2075,15 $, soit deux fois le prix d’achat initial.

Si vous voulez faire vous-même l’exercice, il existe différents calculateurs qui permettent de savoir  le temps qu’il vous faudra pour rembourser le solde de vos cartes de crédit, si vous vous limitez aux paiements minimaux exigés, ainsi que les frais de crédit que cet étalement du paiement entraînera (Voir par exemple ici et ici).

Un très grand nombre de Québécois feront leurs emplettes des Fêtes à crédit. Pour 2019, le budget des dépenses de cadeaux de Noël des Québécois est estimé à 702 $ en moyenne, ce qui représente une légère augmentation (environ 3,5 %) par rapport à l’an dernier. L’endettement des ménages canadiens augmente lui aussi : il est passé de 105 % du revenu disponible en 2000 à environ 155 % en 2010 et il atteint aujourd’hui près de 175 % (La Presse, 2019).

Dans un contexte où la surconsommation est l’une des sources du surendettement, des initiatives mondiales prennent place depuis des années pour tenter de faire le contrepoids à la frénésie des achats. La Journée sans achat, qui avait lieu le 29 novembre dernier (le même jour, paradoxalement, que le Vendredi fou) est un bon exemple de ces initiatives. Ce jour de réflexion – soutenu par UC – invite les consommateurs à s’abstenir de succomber aux tentations des rabais généralisés et de faire un pied de nez à la surconsommation et aux dépenses qui mettent à risque la santé financière des ménages.

Cela dit, la Journée sans achat ne devrait pas avoir pour effet d’interdire aux consommateurs de se procurer à meilleur prix un produit dont ils ont réellement besoin ; les consommateurs québécois semblent d’ailleurs utiliser à bon escient ces journées de rabais : 73 % d’entre eux affirment profiter des soldes du Vendredi fou et du Cyber lundi pour se procurer à rabais des produits ou des articles dont ils ont déjà planifié l’achat.

Pour ceux qui entendent profiter de ces spéciaux, nous avions publié l’an dernier un article qui porte sur les précautions à prendre pour éviter les nombreux pièges tendus aux consommateurs pendant ces deux journées. Nous y abordons aussi la question de l’empreinte écologique associée à la consommation de masse.

Voir aussi : https://uniondesconsommateurs.ca/vendredi-fou

À propos d’Union des consommateurs
Union des consommateurs est un organisme sans but lucratif qui réunit treize associations de consommateurs. Sa mission est de promouvoir et de défendre les droits des consommateurs, en prenant en compte de façon particulière les intérêts des ménages à revenu modeste.

Renseignements :
Paul Cérat, chargé de communication
Pcerat@uniondesconsommateurs.ca
514 521-6820 poste 257