Mois de la prévention de la fraude : rappels et liens utiles

Si vous pensez que c’est de la fraude, ça l’est probablement !

Du vol d’identité à la vente de « remèdes miracles » en passant par les abonnements « gratuits » fort coûteux, la fraude peut prendre de nombreuses formes. Il s’agit d’un acte, généralement illégal, qui consiste à tromper délibérément en jouant, souvent, sur la confiance. En réalité, de nouvelles tactiques sont inventées chaque jour et nous en sommes tous la cible potentielle. Il faut donc rester à l’affût et s’informer en permanence des nouvelles formes qu’elle peut prendre. Gardez en tête que si vous avez des soupçons concernant une offre incroyable, il s’agit probablement d’une escroquerie.

Consultez le document du Bureau de la concurrence pour en apprendre plus sur les formes de fraude les plus communes et comment s’en prémunir.

Hameçonnage : une tactique qui fait des milliers de victimes

Les fraudeurs ont pris d’assaut le cyberespace pour joindre plus de victimes potentielles, plus rapidement. Et il en va de même pour les messages textes.

Si vous recevez un message courriel ou texto non sollicité d’un organisme de confiance comme une institution financière, une entreprise ou même un organisme gouvernemental, méfiez-vous. Des fraudeurs tentent souvent de se faire passer pour des entreprises connues en envoyant des messages qui copient leur logo et leur identité visuelle afin de gagner votre confiance. C’est ce qu’on appelle de l’hameçonnage. Le message vous invitera par exemple à « confirmer » ou à « mettre à jour » des renseignements personnels ou bancaires et à agir rapidement (parfois en cliquant sur un hyperlien).

Gardez en tête que les organismes sérieux ne vous demanderont jamais de fournir de tels renseignements par courriel ou par texto. Vérifiez toujours la source des messages (les entreprises établies utilisent généralement des adresses sécurisées – https://) et vérifiez si les hyperliens mènent vraiment au site de l’entreprise. Les messages qui recèlent des fautes d’orthographe ou des images de mauvaise qualité devraient aussi éveiller votre méfiance.

Ne prenez pas de risque inutile : rendez-vous directement sur le site de l’organisation plutôt que de cliquer sur les liens inclus dans les courriels. En effet, les fraudeurs vont parfois jusqu’à copier le site Internet des entreprises pour vous mettre en confiance.

Il existe d’autres formes d’hameçonnage, moins subtiles : les appels à l’aide de princesses africaines ou d’administrateurs étrangers qui insistent pour vous faire profiter de fonds dormants ou d’héritages, les annonces de prix ou de gros lots que vous auriez gagnés (sans même participer). Sachez que, si vous répondez à ces messages, l’expéditeur tentera de vous soutirer des renseignements personnels ‒ ce qui pourrait entraîner un vol d’identité ‒ ou de l’argent.

Si vous recevez de tels messages, ne répondez jamais, mais dénoncez plutôt l’expéditeur.

Plus de détails sur l’hameçonnage sur la page du Centre antifraude du Canada.

Se protéger de la fraude par téléphone en 60 secondes

De très nombreux consommateurs sont victimes de fraude par télémarketing, moyen par lequel le fraudeur tente de joindre ses victimes potentielles par téléphone. Il existe un moyen simple et facile de réduire les risques d’en être victime : s’inscrire à la Liste nationale de numéros de télécommunication exclus (LNNTE). La liste permet au consommateur d’indiquer qu’il ne veut pas recevoir d’appels de télévendeurs.

Réduisez le nombre d’appels de télémarketing non sollicités en inscrivant vos numéros de téléphone de cellulaire, de résidence, de télécopieur ou de téléphonie IP sur la LNNTE. Pas plus de 60 secondes pour inscrire en ligne votre numéro de téléphone.

Vous avez effectué un transfert d’argent à un fraudeur par Western Union ? Vous pourriez peut-être être remboursé !

La Federal Trade Commission a annoncé que les particuliers qui ont fait des transferts d’argent à des fraudeurs par Western Union entre le 1er janvier 2004 et le 19 janvier 2017 peuvent maintenant demander un remboursement.

  • Les Canadiens sont admissibles.
  • Toutes les demandes doivent être présentées au plus tard le 31 mai 2018.
  • Les détails et la demande sont uniquement disponibles en anglais.

Les demandes se font ICI.


Vous avez été victime de fraude, quoi faire ?

Si vous croyez avoir été victime de fraude, voici les mesures à prendre…

Pour vous aider :

  1. Rassemblez et conservez toute l’information pertinente : les reçus et les copies de courriels ou de messages textes, et tout autre document.
  2. Signalez l’incident à l’institution financière concernée (p. ex. une entreprise de transfert de fonds comme Western Union ou MoneyGram, une banque ou caisse populaire, une société émettrice de carte de crédit ou un fournisseur de service de paiement par Internet).

Pour aider les potentielles victimes :

  1. Si la fraude a été commise en ligne au moyen de Facebook, d’eBay, d’un site de petites annonces comme Kijiji ou d’un site de rencontres, assurez-vous de signaler l’incident directement au site Web. Vous trouverez des renseignements à ce sujet sous les rubriques « Signaler un abus » ou « Signaler une annonce » du site.
  2. Communiquez avec le Centre antifraude du Canada en composant le 1-888-495-8501 (numéro sans frais) ou au moyen du Système de signalement des fraudes (SSF).
  3. Signalez l’incident au service de police compétent de votre région. Il sera ainsi au courant des fraudes qui ciblent les citoyens et les entreprises de son territoire. Tenez un registre de tous vos appels et consignez tous les numéros de dossier ou d’incident.

Source : Centre antifraude du Canada

Si vous êtes victime de vol d’identité, consultez la page du Commissariat de la vie privée du Canada.


Liens utiles

Centre antifraude du Canada

Gendarmerie royale du Canada

Office de la protection du consommateur

Bureau de la concurrence

Liste nationale des numéros de télécommunication exclus

Centre de notification des pourriels